Pour une nouvelle génération de compétences 2.0 en analyse statistique et méthode de recherche, le REJEBECSS s’engage

Par Rency Inson Michel, coordonnateur du REJEBECSS, étudiant en sociologie, assistant du projet SOHA et du doyen de l’UNITECH. Pour lui écrire : rencyinson@gmail.com

***

Le Réseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales en Haïti (REJEBECSS-HAÏTI) a une fois de plus agi suivant les valeurs de justice cognitive qui le gouverne. Ainsi, à Port-au-Prince,  le réseau a organisé avec succès un atelier de formation sur l’analyse statistique et le logiciel SPSS dans les locaux de l’Université de Technologie d’Haïti, du 11 au 13 février, entre 9h et 14h. Un beau public de quarante brillants universitaires a répondu présent avec un immense appétit de connaissances à cet atelier de 15 heures de cours enseignées bénévolement par Professeur Serge Madhère. Ce dernier est docteur en statistique, professeur émérite à Howard University, créoliste avéré et membre de l’Académie des Sciences de New York depuis 1997.
Cet atelier se voulait une fenêtre d’opportunité pour les étudiants et les professionnels désireux de se perfectionner en analyse statistique pour mieux se positionner dans le jeu de concurrence qui caractérise le marché du travail. Professeur Madhère s’est évertué à présenter tout en créole un riche contenu poursuivant cinq objectifs spécifiques : comprendre les fondements de la statistique ; rafraîchir sur les techniques de la statistique descriptive ; connaître et appliquer les techniques de l’analyse différentielle entre des groupes ; connaître et appliquer les techniques d’analyse de relation entre plusieurs variables ; développer des compétences pour l’usage du logiciel SPSS dans les analyses statistiques et la gestion de bases de données.

Sur sa page Facebook, l’enseignant a exprimé sa joie : « c’est une expérience incroyable pour moi : plus de 40 jeunes à Port-au-Prince, Haïti se sont détournés des plaisirs du carnaval pour assister à une série d’ateliers sur l’analyse statistique que je dirige pour cinq heures sans arrêt tous les jours ! » Chez les participants, la satisfaction est aussi à son comble.

Ce séminaire de formation témoigne de la volonté du REJEBECSS-HAÏTI de faire de ses actions une praxis transformatrice de la réalité peuplée de difficultés affectant particulièrement les étudiants et chercheurs d’Haïti. Il est une suite de l’atelier d’initiation au traitement de données quantitatives en sciences sociales animé par Jean-Marie Tremblay en décembre dernier. Il sera tenu dans d’autres villes du pays comme le Cap-Haïtien, Les Gonaïves et Jacmel. Dans cette action réside la volonté du REJEBECSS de contribuer à former une nouvelle génération de compétences 2.0 en analyse statistique et en méthode de recherche, une génération d’universitaires et de professionnels faisant preuve de maitrise du maniement des logiciels numériques dans leurs travaux de recherche et de traitement de données.

L’œuvre du REJEBECSS propose non seulement de couper court à l’accès limité aux savoirs haïtiens en sciences sociales, mais aussi à accompagner les universitaires du pays à se perfectionner en méthodes de recherche, en traitement de données, en épistémologie et en usage du numérique. Depuis mars 2016, le réseau s’engage dans cette voie. À son compte, deux tables rondes sur la science ouverte à IERAH-ISERSS et au Campus Henri Christophe ; deux éditions d’école du numérique à Port-au-Prince et à Jacmel ; un événement satellite Open Con au Cap-Haïtien ; un atelier avec Florence Piron sur les enjeux épistémologiques, méthodologiques, politiques et numériques de la recherche dans les pays du Sud ; un atelier d’initiation au traitement de données quantitatives en sciences sociales avec Jean-Marie Tremblay ; la dynamisation de la Collection Études Haïtiennes par la mise en ligne en libre accès d’environ 200 ouvrages du patrimoine scientifique d’Haïti ; la création d’un studio de numérisation des savoirs haïtiens grâce au don en équipement informatique de la part du cégep de Chicoutimi.

Certes, c’est une œuvre qui doit naviguer dans un océan de difficultés! Mais, sans tomber dans ce que le scepticisme appellerait de l’optimisme naïf, les jeunes du REJEBECSS regardent l’avenir avec quiétude. Ils sont déterminés à mettre de la continuité dans leurs efforts. Non pas pour une gloire personnelle. C’est une action citoyenne pour contrer des injustices cognitives liées, entre autres, à l’accès fermé aux publications scientifiques, à la précarité des infrastructures de recherche, à la pédagogie de l’humiliation, à l’exclusion des savoirs locaux, au mépris de la langue maternelle, à la faible litteratie numérique.