La rencontre de la douleur et de l’hypocrisie – Rankont doulè ak ipokrizi

peterson-blancAuteur : Peterson Blanc

Peterson est né aux Cayes, troisième ville d’Haïti. Dès son enfance, ses parents s’installent à Port-au-Prince avec lui et c’est là qu’il a fait ses études classiques et universitaires. En 2014, il a décroché son diplôme de licence en Anthropologie-Sociologie à la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti. Très engagé, il préside depuis 2013 une association de jeunes qui promeut le civisme et la démocratie participative. Il est animateur du groupe de Recherche Action Intégrée (RAI) : une tribune qui permet aux jeunes chercheurs et étudiants de présenter leurs travaux de recherche. Peterson a travaillé sur la violence armée chez les jeunes, particulièrement dans la zone de Cité Soleil, le plus grand bidonville de Port-au-Prince, voire d’Haïti. Pour lui écrire : blancpeterson12@gmail.com

***

Une mère pleurant la mort de son fils qui a quitté Haïti pour une vie meilleure en Amérique du Sud. L’Amérique du Sud qui devient le nouveau Eldorado pour les jeunes Haïtiens. Un cri de désespoir ! Tout est fini, dit-elle sur le ton d’une folle en apprenant la nouvelle de la mort de son fils. La vie n’a plus de sens pour moi ! Après trente années de misère, je n’ai même pas la chance de voir la dépouille de mon fils Jacky. Jacky, le surnom qu’elle a donné à son fils, mais son vrai nom est Jacques Noizzeau. Jacky, où es-tu ? Non, Jacky n’est pas mort… Apporte-moi le téléphone ! Allo Jacky ! Allo, Allo ! Jacky n’a pas répondu ! Hum, Jacky ! Ses larmes coulent à flot et son mouchoir est submergé, imbibé dans larmes. Beaucoup d’eau sortant dans ses yeux, son nez et sa bouche. Elle pleure comme un enfant. La douleur est au plus profond de ses entrailles comme celle vécue lors de l’enfantement de Jacky. Une perte total pour une mère haïtienne pour laquelle l’enfant est son trésor, son demain, son avenir. Elle a tout dépensé et a tout fait pour élever son enfant dans une société où les mères n’ont pas d’assurance sociale et bien souvent les pères sont irresponsables.

Son cri attire les gens, ils sont venus de tout part dans le quartier. Ils viennent pour consoler, mais certains font des commentaires qui peuvent augmenter le del (unité de mesure de douleur) de la douleur de la mère de Jacky. Quelle solidarité ! Des chuchotements de l’oreille à l’oreille, le message perd sa valeur réelle en ligne, mais son essence garde la médisance.

Jacky est au pied du supplice ! Les chuchotements disent qu’il aimait trop les femmes ! Les nouvelles qui leur parviennent ou qu’ils ont créées condamnent le mort. Il est mort de sa belle mort ! Jacky est débaucheur, il aime trop la débauche. Il fait fi de la misère de sa mère. En même temps, ils cherchent à calmer la mère de Jacky qui est inconsolable – d’autres jouent le rôle de pleureuse. C’est la rencontre de la douleur et de l’hypocrisie !

Ces commentaires médisants ou pas sont d’ordre moral et sont tirés du premier degré. Il sont l’étape la plus simpliste de la réflexion sur un problème donné. La condamnation de l’accusé Jacky vient de cette réflexion moralisante qui ne tient pas compte de la situation socioéconomique du pays.

Jacky est mort en voulant vivre… Il a quitté Haïti à l’instar des milliers ou des centaines de milliers de jeunes qui fuient le pays à la recherche d’un mieux-être. Il fuit ! Fuir n’est pas haïtien, c’est une action ou réaction humaine. Le peuple dit peuple de Dieu, les Juifs, avait fui l’Égypte, les Européens, en particulier les Italiens et les Irlandais, après la deuxième guerre mondiale sont passés par là, les contrées de famine et les pays en guerre en Afrique incitent les Africains à fuir ; et, ces jours-ci on constate la fuite en cascade des Syriens, tous pour la même cause qui n’est autre que l’invivabilité de leur espace ou de leur milieu social.

Jacky fuit parce que le milieu social haïtien est invivable. Cette invivabilité est marquée par la désorganisation de la société qui est non seulement sociale mais aussi économique, culturelle et politique. Jacky et tant d’autres jeunes sont victimes de la non vision ou de la stérilité chronique des dirigeants. Les jeunes qui pourraient être les vecteurs de changement de toute société semblent patauger en plein abîme de désespoir. Jacky, comme tous les autres jeunes, était perdu dans un système éducatif boiteux qui ne donne pas des outils permettant aux jeunes de répondre aux exigences de leur existence.

Jacky vit le développement dans les livres sans jamais en jouir réellement. Ses références aux grandes et belles infrastructures nationales remontent, comme pour tous les autres jeunes Haïtiens, aux hauts faits des hommes de l’indépendance de 1804 avec les forts et la Citadelle ; on pourrait y ajouter les travaux de Dumarsais Estimé pour marquer le bicentenaire de la ville de Port-au-Prince. Malheureusement, c’est sur les murs et de manière anodine que ces informations arrivent à l’oreille de certains jeunes. Depuis lors, aucun signe de progrès! Plusieurs générations sont élevées dans la crasse. L’insalubrité totale d’un environnement hybride, concentré, centralisé dans un bing bang de spectacle honteux à l’instar de la ravine Bois de Chênes…!

N’étant pas habitué aux progrès sociaux qu’ont connu les pays d’Amérique du Sud, Jacky, parti là-bas, est exposé à l’accessibilité des infrastructures de base. Il a accès à certaines choses dont il rêvait autrefois grâce à la télévision de son pays. Il s’étonne des choses simples qui ne sont disponibles que pour répondre aux besoins de base des citoyens de la terre d’accueil. En Amérique du Sud, Jacky n’a pas besoin de beaucoup d’argent pour se divertir, pour fréquenter un disco et consommer des boissons alcoolisées. Jacky côtoie des femmes qui ont une conception très libérale de la sexualité. Venant d’un pays de manque et de tabou, Dieu seul sait la gourmandise de Jacky face à des êtres féminins d’Amérique du Sud. L’excès en tout peut nuire! Ces femmes lui apparaissent comme des canons de beauté qu’il n’aurait jamais pu fréquenter chez lui. Tout est luxe en Haïti! Même l’accès à des services vitaux comme l’alimentation, la santé, l’éducation, l’alphabétisation, l’assainissement, etc. Cette pauvreté sociale est douloureuse et hypocrite…

Jacky est mort parce qu’il est venu d’un pays impitoyable qui lui rend vulnérable en tout, il est mort à cause d’un système qui le traite, en plein 21eme siècle, au temps de la pierre taillée, un système qui fait de ses filles et fils des nomades. Il est mort à cause d’une hypocrisie systématisée, même dans la douleur de l’autre. Jacky est mort en voulant vivre !

***

Yon manman kap kriye pou lanmò pitit li ki kite peyi a poul t’al chèche yon lavi miyò nan Sidamerik. Sidamerik tounen yon nouvo Eldorado pou jèn Ayisyen yo. Yon kri dezespwa ! Tout bagay fini, nan yon ton moun fou lè li pran nouvèl pitit li a mouri. Lavi pa gen sans ankò pou mwen ! Aprè trantan m fè ap pase mizè mwen pa menm jwenn chans pou m wè kò pitit gason m lan Jaky. Jaky, se ti non li bay ak pitit la men vrè non l se Jak Nwazo. Jaky, ki kote w ye ? Jaky pa mouri… pote telefòn nan banm ! Alo Jaky ! Alo, Alo ! Jaky pa reponn ! Wouy, Jaky ! Dlo nan je l ap koule jiskaske mouchwa li paka kenbe dlo anko. Anpil dlo tap sòt nan je l, nan nen l ak nan bouch li. Lap kriye tankou yon timoun. Doulè a fon nan zantray li tankou lè li tap pouse Jaky. Se yon gwo defisi pou yon manman Ayisyèn kote pitit se trezò l, demen l ak avni l. Madanm lan depanse tout sa li te genyen, li fè tout bagay pou grandi pitit li nan yon sosyete kote manman yo pa gen asirans sosyal e papa yo pa twò responsab.

Kri li fè moun vini, sòti tout kote nan katye a. Yo vini konsole e genyen tou ki vin bouyi zen pou fè doulè li vin pi di nan pale vye pawòl sou Jaky. Gade yon tèt ansanm ! Yap pale nan zòrey youn lòt, mesaj la pèdi nan valè reyel li men sans li rete tripotay.

Jaky anba pèn li ! pawòl yo di li twò renmen fanm ! Nouvèl yo jwenn oubyen yo fè pa bon pou li. Li mouri nan afè li ! Jaky se yon banbochè, li renmen plezi twòp. Kite mele l manman li nan mizè, pandan y’ap di sa yo y’ap konsole manman Jaky e lòt pran pòz y’ap kriye. Doulè ak ipokrizi rankontre !

Pawòl sa yo sòti dwat nan moral moun yo e yo se premye degre ki pi fasil nan refleksyon moun ka fè sou yon pwoblèm. Kondanasyon Jaky sòti nan refleksyon moral ki pa chèche sezi sitiyasyon sosyoekonomik peyi a.

Jaky mouri nan chèche viv…. Li kite Ayiti tankou anpil lòt jèn kite peyi a pou yon lavi miyò. Li pati ! Pati se pa yon bagay Ayisyen, li se aksyon oubyen yon reyaksyon moun. Pèp yo di ki pèp Bondye a, Jwif yo, te Pati kite Ejip, Ewopeyen yo tankou Italyen yo ak Ilanndè yo te kouri kite lewòp aprè dezyèm gè mondyal, Afriken yo ap kouri kite peyi kote grangou ak gè ap ravaje sou kontinan Afriken an e jounen jodia nap wè Siryen yo kap chape kite Siri, tout kouri sa yo se pou menm kòz ki se espas yo ki pa gen lavi oubyen miliye sosyal yo pa gen lavi.

Jaky pati paske milye sosyal peyi l pa bay moun chans pou viv. Pa ka viv se paske sosyete a dezòganize, li sosyal, li ekonomik, li kiltirel e li politik tou. Jaky e anpil lòt jèn viktim paske dirijan isit yo pa gen visyon sak pi mal la jèn yo ki ta dwe espwa chanjman tankou jèn nan tout sosyete ap viv avèk anpil pèn nan yon divisyon. Jaky tankou lòt jèn kannannan nan yon systèm edikatif kokobe ki pa bay zouti ak jèn yo pou reponn ak egzijans lavi a.

Jaky viv devlopman nan liv san li pa janm jwi l. Menm jan ak lòt Jèn yo, referans Jaky nan gran enfrastrikti sou plan estetik sòti nan bèl bagay ansyen ewo endepandans 1804 yo te fè tankou Fò yo ak Sitadel la, yo kapab mete tou bèl travay Dimasè Estime te fè pou te fete bisantnè vil Pòtopwens. Malerezman se nan miray konsa konsa enfomasyon sa yo rive nan zorey kèk jèn. Depi lè sa pa gen okenn siy ki montre pwogrè ap fèt nan peyi a. Anpil jenerasyon fè vi yo nan kras. Yon anviwonnman sal san devan san dèyè, konsantre, santralize nan yon espektak depotwa tankou sa ravin Bwa Chèn ap montre chak jou… !

Kòm li pa abitye ak progrè sosyo peyi Sidamerik yo konnen an, Jaky ekspoze devan enfrastrikti kote tout moun gen aksè ak yo, li gen aksè ak yon paket bagay li tap reve nan peyi l e se tap gras ak televisyon si l tap wè yo. Jaky pantan devan bagay senp ki la pou reponn selman ak bezwen ki pi ba pou sitwayen ki nan tè dakey li ye a. Nan Sidamerik, Jaky pa bezwen anpil kòb pou l fè tèt li plezi, pou li ale nan disko ak konsome bwason. Jaky jwenn bèl fanm ki pa gen limit nan fè sèks, yo liberal. Sòti nan yon peyi kote manke anpil bagay men plen tabou, Bondye sèlman ki konnen jan Jaky fè saf (aloufa) ak sidamerikèn yo. Twòp chèn gate revèy ! Bèl moun sa yo pa sou wout Jaky nan peyi l e li patap ka jwenn yo tou. Tout bagay se gwo bagay annayiti ! menm sèvis ki pi ba yo tankou manje, sante, edikasyon, alfabetizasyon asenisman pou n site sa yo selman. Povrete sosyal sa ipokrit e li fè mal…

Jaky mouri paske li fèt nan yon peyi ki pa bal chans nan anyen, li mouri paske sistèm nan trete li nan 21e syèk sa tankou l te nan epòk pyètaye, yon sistèm kifè pitit fi l ak pitit gason l yo nomad ; Jaky mouri kòz yon ipokrizi ki mawonnen nan doulè lòt. Jaky mouri nan chèche viv !